Pierre et matériaux de construction

Altération et protection des constructions monumentales en pisé de la ville impériale de Meknès (Maroc)

Début du programme : 2003
CICRP : Philippe Bromblet, Jean-Marc Vallet
Partenariats : Université des Sciences de Meknès (Maroc), CEREGE (Université Aix-Marseille)

Une collaboration s'est établie entre l'Université des sciences de Meknès, la Ville de Meknès et le CICRP pour étudier la dégradation des remparts et des principaux monuments en pisé de l'ancienne ville impériale. A travers plusieurs campagnes de prélèvement, d'une thèse d'Université et de missions d'expertise sur le terrain, ont été étudiés les matériaux et modes constructifs, le diagnostic des principales dégradations et les méthodes pour améliorer la protection de ce bâti.

Maroc

Mesure de la vitesse du son sur un bloc de pierre
avant restauration (Volubilis, Maroc) (photo philippe bromblet)

Publications :

Haut de page

Conservation des gravures du Mont Bego

Début du programme : 2006
CICRP : Jean-Marc Vallet (pilote), Philippe Bromblet
Partenariat(s) : Aix-Marseille Université, Université Paul Sabatier, Toulouse, Service Régional de l'Archéologie et Conservation Régionale des Monuments Historiques (CRMH) Provence-Alpes-Côte d'Azur, Parc national du Mercantour

Le programme initié par le Service archéologique régional PACA vise à établir les cinétiques de dégradation des gravures rupestres de la vallée des Merveilles (altitude des sites supérieure à 2200 m) et à mettre en place un modèle prédictif visant à évaluer les risques et la vitesse de disparition totale des gravures dans différents cas de référence. Il a pour but de proposer des méthodes de conservation et de restauration appropriées aux différents cas de figure rencontrés (site, lithotype, type de dégradation).

Gravure

Gravure lessivée et érodée, avec développement de cyanophycées
(Vallée des Merveilles, photo J.-M. Vallet - C.I.C.R.P.)

Les travaux ont débuté par l'étude de l'origine de la couleur superficielle rouge des roches gravées. Une campagne d'investigations menées sur site et en laboratoire de plusieurs ensembles de gravures a permis de montrer que les pierres gravées étaient diversement colorées (orangé, rouge, violacé), par des processus semble-t-il différents. Certaines de ces colorations résultent de la transformation de la roche supportant les gravures, d'autres sont dues à des dépôts de matière d'origines variées. Les travaux actuels visent à dater de manière relative ces colorations et à développer différentes approches pour appréhender les phénomènes de dégradation et leurs cinétiques afin de définir de manière optimale les mesures conservatoires à apporter.

Publications :

Haut de page

Rôle des argiles dans l'altération des pierres : application à la conservation de la molasse du Midi en termes de durabilité et compatibilité des matériaux en oeuvre

Début du programme : 2009
CICRP : Philippe Bromblet (pilote), Jérémie Berthonneau (doctorant 2010-2012), Jean-Marc Vallet
Partenariat(s) : Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Centre interdisciplinaire de nanosciences de Marseille (Université Aix-Marseille), Conseil régional PACA

Ce projet fait l'objet d'une thèse (Jérémie Berthonneau) cofinancée par le BRGM, le conseil régional PACA et le CICRP portant sur le rôle des argiles dans la dégradation des pierres et plus particulièrement sur la desquamation en plaques qui affecte les monuments construits en molasses burdigaliennes dans la région. Des caractérisations pétrophysiques, pétrographiques et minéralogiques et des tests de dilatation hydrique et hygrique ont été réalisées sur un ensemble d'échantillons prélevés dans une trentaine de carrières et sur quelques monuments. Des tournées de terrain ont été effectuées pour évaluer la durabilité des pierres étudiées dans le patrimoine régional. Ces investigations ont montré qu'il existe une relation entre la teneur en argiles, l'amplitude des dilatations et l'altérabilité de la molasse. Des analyses qualitatives et quantitatives des minéraux argileux sont en cours selon différentes méthodologies (DRX et MET/EDS) sur une dizaine de faciès plus altérables et riches en argiles pour déterminer avec précision l'impact des minéraux argileux gonflants et de leur localisation dans le matériau dans le développement de l'altération en plaque.

Publications :

Haut de page

Durabilité des traitements de conservation des biens culturels en granite altéré (cas du site mégalithique d'I Stantari en Corse)

Début du programme : 2010
CICRP : Philippe Bromblet, Jean-Marc Vallet (pilotes)
Partenariat(s) : Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Université Aix Marseille, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, Collectivité Territoriale de Corse

Le CICRP travaille depuis plusieurs années sur la compréhension des mécanismes d'altération affectant ces pierres monolithiques en granite qui ont subi, au début des années 90, une restauration s'avérant inadaptée. Les travaux ont porté sur le suivi de l'évolution de la dégradation au moyen d'observations et de mesures de vitesse de propagation du son et des essais de vieillissement accélérés d'éprouvettes. Les résultats obtenus ont montré que la dégradation de la surface des pierres gravées avait évolué et que le silicate d'éthyle accompagné d'un traitement hydrofuge (silane) semblait offrir de meilleurs résultats en termes de durabilité que le silicate d'éthyle seul, ou des résines acryliques. Les travaux en cours visent à déterminer quel traitement de consolidation serait le plus à même de conserver durablement l'épiderme sculpté et très fragile des ces pierres dressées.

I Stantari

Granite I stantari corse : vue des statues-menhirs (photo Philippe bromblet)

Publications :

Haut de page

Utilisation des analyses isotopiques pour la connaissance et la conservation de la pierre : recherche sur les albâtres

Début du programme : 2011
CICRP : Philippe Bromblet
Partenariat(s) : Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, Université Paris 6

Cette recherche a pour objectif la mise au point d'une méthode de détermination de l'origine des albâtres à l'aide des outils isotopiques. Ce matériau tendre, principalement composé de gypse (CaSO4, 2H2O), a été très utilisé pour la sculpture fine au Moyen-âge à la Renaissance. Si les grandes sources d'approvisionnement sont connues en Europe (Espagne, Italie France, Angleterre…), il est à l'heure actuelle impossible de déterminer l'origine précise de l'albâtre d'une pièce donnée. Il s'agit donc de collecter des échantillons issus de carrières et de sculptures pour réaliser une étude de faisabilité de l'identification de la provenance des albâtres par le croisement de différents dosages isotopiques (S, O, Sr) complétés par le dosage des éléments traces, le dosage du Strontium, l'examen des cathodofacies, la minéralogie ; Une première série d'albâtres prélevés en carrière (France, Espagne) et sur des sculptures de plusieurs musées ou monuments français, anglais et norvégiens ont d'ores et déjà été étudiés et ont donné des résultats prometteurs.

Publications :

Haut de page

Les enduits à base de ciment naturel à Marseille : identification et restauration

Début de programme : 2011
CICRP : Philippe Bromblet
Partenariat(s) : Cercle des Partenaires du Patrimoine, Laboratoire de Recherches des Monuments Historiques (pilote), société VICAT

L'objectif de ce programme est de répondre à la problématique de la restauration des façades décorées par des enduits à base de ciment naturel dans la région Marseillaise en proposant un enduit de restauration adapté aux supports et présentant des couleurs et texture proches de celles de ces enduits du 19ème siècle.

Il comprend un examen de l'état de conservation et de la nature des enduits au ciment naturel sur les façades marseillaises, un travail documentaire sur cette activité industrielle du 19ème et du début du 20ème siècle et des visites de carrière (Roquefort La Bédoule etc.) et d'usines (fours) pour prélever et analyser les matières premières afin de compléter les rares analyses trouvées dans la littérature.

Décor de façade

Ciment naturel : décor de la façade de l'église de la mission de France réalisé en 1860
par l'entreprise Désiré Michel en 1860 rue du tapis vert Marseille (photo Philippe bromblet)

Le CICRP a participé à la campagne de prélèvement et à l'encadrement d'une recherche documentaire sur l'histoire de la fabrication des ciments naturels dans la région marseillaise.

Publications :

Haut de page

Page mise à jour le 1er mars 2013.

C.I.C.R.P. - Centre interdisciplinaire de conservation et de restauration du patrimoine
Groupement d'Intérêt Public à caractère Culturel
- 21 rue Guibal - 13003 Marseille

validateur du W3.org | validateur feuille de style du W3.org